10-Les peines perdues (Raphaël)

Le plaidoyer pour les arts
Le plaidoyer pour les larmes

Si la vie se fait légère
Une traversée en montgolfière
Par beau temps clair
Où va-t-on ?

Les peines perdues, Votre Honneur
C’est de la poésie qui meurt
L’assassin des chagrins
Porte aussi par la même main
Un coup fatal à la beauté
Et sans cœurs brisés
Où va-t-on ?

Les peines perdues, Votre Honneur
Sont perdues à jamais pour l’art

Entretenir la misère
Et faire le lit du malheur
Cette œuvre-là n’est pas vaine
La poésie n’en est que meilleure

Si la vie leur devient douce
Comme l’intérieur d’un pamplemousse
Mais en moins amer
Où va-t-on ?

Les peines perdues, Votre Honneur
Sont les muses, incomprises
Le mode mineur de la musique
Le sang de l’écrivain en veine
Si l’on peint sans plus savoir
Broyer du noir
Où va-t-on ?

Les peines perdues, Votre Honneur
Sont perdues à jamais pour l’art

Tous ces chagrins qu’il a laissés pour morts
Et tout ce spleen en déroute
Lui qui trouve tant d’ironie au sort
Demain on verra s’il rit encore

Un plaidoyer pour les arts
Ce drôle de clown est une insulte aux larmes
Un plaidoyer pour les larmes
Ce drôle de clown est l’ennemi des arts

 

Musique Franck Langolff Paroles Sylvie Arditi

Publicités