Un amour de steak

Depuis longtemps, cette ourse élaborait sa stratégie de séduction en vue de mettre en pièce Leonardo Di Caprio 

L’araignée ne veut pas de mal au moucheron qui s’est pris dans sa toile, non non, je suis même persuadée qu’elle l’aime. Souvenez-vous du film d’Inaritu, The Revenant et de l’anthologique scène du combat avec l’ourse. Les plus frappants sont les moments où l’ourse vient flairer sa proie, la truffe tout près de son visage elle l’envisage dans un reniflement tout amoureux. On pourrait presque croire que c’est par compassion qu’elle lèche ses plaies… Il se dégage une putain de tendresse de cette scène si cruelle.

Chez celui qui affiche des dehors affectueux avec une intention de dévorer, l’amour, l’émotion sont bien là, mais comme ceux que l’affamé voue à son plat de pâtes ou à son steak. Et c’est ainsi que quelqu’un qui vous nuit peut vous faire gober qu’il vous fait du bien.

 

A qui n’est-il pas arrivé d’être ou de rencontrer un serpent, un poisson, une ourse ou un Leonardo?

Pour voir comment des personnages utilisent les apparences de la bonté pour être cruels, rendez-vous dans mon recueil de nouvelles Bontés Violentes

 

 

 

Vous avez apprécié cet article? Abonnez-vous à Trois Rouges pour recevoir les prochains par mail. (je publie à un rythme qui est loin d’être envahissant et j’ai horreur que mon adresse soit revendue donc je ne le ferai jamais avec la votre) C’est par là, dans la barre de droite>>>>>>>>>>>

Enregistrer

Publicités

3 réponses

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s