Animal pas du tout domestique

Dans l’esprit de cette femme : La voix du despote s’est tue, il s’en élève une autre, celle qu’il étranglait jusqu’ici. Nobody pour la faire taire…rauque dans le sursaut du silence, comme une ourse réveillée en pleine hibernation, affamée, enragée, réclamant son dû. Elle fait savoir sa fureur d’avoir été si longtemps bernée, la rage de sa confiance trahie. Elle ne tolère plus que cette femme parle à un autre, ni que son regard effleure quelque chose ailleurs. Qu’elle s’y risque et la bête la lacère viscéralement pour la rappeler à l’ordre. Et ce n’est qu’un avertissement. Elle a bien droit à tout puisqu’elle a été privée de tout! Se contentant de miettes quand sa faim était grande, de gouttelettes, quand sa soif était inextinguible! De longue date, elle mordit et harcela cette femme jusqu’à être vue enfin, comme on débusque un animal de légende au coin de son cœur. Et l’expression « être habité » a pris tout son sens.

Elles se jaugent et se fritent. La femme peine à lui rendre confiance  : elle doit courir de forêts en cimes de montagnes, ramper dans les boyaux de gouffres durant des jours, des nuits en enfilade oblitérée derrière elle. Et encore. Et puis : ne plus l’enfermer dans quelque cage aussi dorée soit-elle, ne plus lui faire ingérer l’opium des promesses différées, ne plus lui taper sur la gueule ni l’étrangler, et surtout, en cas d’échappée, lui revenir avant que ne frémisse dans son pelage si doux un renouveau de désespoir.

Et vous, avez-vous un animal pas du tout domestique?

Publicités

1 réponse

  1. Johncdadou

    Ce texte lu et relu de nombreuses fois pour essayer d’en dégager la signification, me semble être l’image d’un combat intérieur. Le despote, voix de la fausse motivation est réduit au silence , enfin triomphe la voix de la raison, la vérité intérieure . Il y a là la prise de conscience d’un combat irrémédiable sans plus aucun compromis. Résultat de la mise en acte du regard intérieur et de sa fonction élucidante. Il y aurait encore fort à dire ,ceci en donne les grandes lignes, j’arrête là. C’est bien, gros bisous.

    Envoyé de mon iPad

    >

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s