A propos

J’écris avec une gomme. De l’encre à nettoyer le make-up. Recouvre en vue d’effacer.
Paradoxe en eau trouble. C’est dans cette zone que j’envoie mes pauvres personnages tantôt en éclaireurs tantôt en obscurateurs, au casse-pipe.
Je garde les mains propres, ils font le sale boulot. Se débattre en vain contre le mal au visage bienveillant, se faire déchirer par les doutes, ne trouver dans la compagnie que solitude, et dans leur identité, qu’une mortelle disparition.
Qu’ils soient urbains, anciens, imaginaires, indiens, virtuels, leur voyage interroge l’espace commun qui les livre à l’emprise de leur condition. Les individualités se heurtent, elles sont entraînés par le courant de leur époque, qui les déposera sur d’improbables rives, morts ou plus vivants que jamais.
J’entre dans la peau d’artistes, plasticiens musiciens, comédiens, pour gratter sous ma propre créativité et ce qu’elle recèle de vanité, d’espérance, de doute, de souffrance et de bonheur.
Je gratte par une sorte d’obsession curieuse.
Parfois ça chatouille, parfois c’est jusqu’au sang.
C’est pas de la romance, ce n’est pas du polar.
A vous de voir.

Publicités